© 2017 by TERRITOIRES URBAINS. 

Saint-Etienne (42), Quartier Jacquard-Gachet

Accord Cadre de maîtrise d’œuvre urbaine pour le quartier Jacquard - Gachet

Maitrise d’ouvrage : Etablissement Public d’Aménagement de Saint-Etienne

Maitrise d’œuvre : Jean-Michel Savignat architecte urbaniste mandataire

Équipe : Atelier de Ville en Ville architectes-urbanistes, TRIBU bureau d’études développement durable ARCADIS bureau d’études techniques

Mission : élaboration d’un plan guide, suivi et coordination

Calendrier : 2008 - 2017

Au contact immédiat de l’hypercentre – on est ici à quelques pas de la place Jean Jaurès –, encore inscrit dans le tracé régulier de Dalgadio – dont il accuse les premières déformations –, le quartier Jacquard est un de ces premiers faubourgs qui se sont développés tout au long du 19ème siècle en continuité de la ville classique, donnant lieu à ce qui est aujourd’hui encore un faubourg en cœur de ville.

Pourtant, l’ensemble des études menées sur le secteur l’attestent, le quartier Jacquard offre aujourd’hui l’image d’une zone plutôt vieillie, délaissée et pour partie dégradée. L’état du bâti, par endroits plutôt abîmé, des traces, ponctuelles, d’effondrements en sous-sols, des cœurs d’îlots quelque peu négligés et des cours abandonnées à la voiture, des activités souvent en déshérence en sont quelques uns des indices perceptibles, même si ils restent pour une grande partie localisés dans la moitié nord du quartier, entre la rue du Grand Gonnet et le viaduc, et au sud autour de la Pareille et de Saint-Just.

A cela il faut ajouter cette situation d’un tissu urbain qui vient doublement buter au nord et à l’ouest contre la voie de chemin de fer et le boulevard urbain. Autant de barrières et de frontières qui installent le plus souvent le quartier en impasse. Il en résulte cette situation paradoxale d’un quartier inscrit dans le centre ville mais perçu comme un “arrière“ difficilement accessible et praticable, tant ses limites et ses franges semblent sans qualités, souvent dégradées et peu perméables. 

Si l’enjeu est bien ici de renouveler profondément l’attractivité résidentielle de ce quartier, il s’agira nous semble-t-il tout à la fois de le conforter comme un quartier à part entière d’un centre ville dynamique – on est ici au cœur d’une agglomération de près de 400000 habitants – et de rompre avec ce sentiment d’enclavement et de relégation que l’on ressent aujourd’hui.

Ce qui suppose d’ouvrir le quartier vers l’extérieur, de tisser des continuités et de trouver des accroches avec les secteurs environnants, de l’installer tout à la fois comme une séquence d’entrée au centre ville et une interface entre ce centre et les grandes opérations engagées à son entour (Cité du Design, Pôle Optique, Parc Couriot et musée de la Mine …).

Ce qui suppose aussi de renforcer son accroche à l’hypercentre, de mettre en valeur cette proximité et de faciliter les échanges, d’inscrire le quartier Jacquard dans les parcours et les cheminements du centre ville, et de favoriser ainsi son accessibilité et son attractivité.

Ce qui suppose enfin un travail sur l’espace public, la place Jacquard bien sûr, mais aussi une offre nouvelle de lieux et d’équipements publics – un véritable jardin notamment – ou encore d’espaces publics de proximité,  et par la même sur l’inversion de la perception de ce quartier.